Quelques vinyles qui valent le détour

Un détour par le Rideau, par exemple.

Oui, et en effet, quelques trouvailles récentes de Taulier pas d’hier, ni d’avant-hier, ni du jour d’avant. Ça n’a plus d’âge mais toutes ses dents. En lumière, le CARAVAN (1971) excellent garanti avec solos de guitares inspirés inside (ce que ne faisait pas Duke Ellington). C’est le joyeusement psychédélique « In the Land of Grey and Pink ».

Que cela ne vous empêche pas de venir jeter une oreille sur les autres petits « nouveaux », hein !

Enjoy, les copaines !

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.